Sophie au salon de l’auto…

Je l’ai vu à la radio  1ère chaîne de Radio-Canada 22-01-2011

Mon cher Franco, je peux bien vous l’avouer
Depuis ces derniers temps, j’étais très perturbée…
Un doute existentiel torturait mon cortex
Duquel a émergé cette question fort complexe :
Si j’avais un char… ça changerait-il ma vie?…
Comme j’y pensais le jour, n’en dormais plus la nuit
Pour ne pas déraper… j’en parlais à mon psy!
120 dollars plus tard il me dit l’air sévère :
Virez votre capot d’ bord, allumez vos lumières,
Courrez sans plus attendre au Salon de l’Auto …
C’est d’ailleurs excellent pour votre libido!
Ne laissez pas qu’aux hommes ce délicieux bonheur
D’allez tâter du cuir et de l’enjoliveur…

POUR LA SUITE :

CLIQUER ICI POUR ENTENDRE L’ENREGISTREMENT A L’ÉMISSION

ET RENDEZ-VOUS À 26 min 42 s DE L’ENREGISTREMENT

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés

A quoi rimera 2011?

Je l’ai vu à la radio  1ère chaîne de Radio-Canada 08-01-2011

Une décennie s’achève, une autre nous tend les bras
Oui, deux mille dix n’est plus, mais deux mille onze est là!
Telle une Jojo Savard, dans les astres j’ai lu
Que cette nouvelle année serait un très grand cru…
Grâce à la Position Positive des Planètes
Appelé PPP par nombre de gazettes,
Et parfois décrié par quelques trouble-fête
En matière de santé, nous sortons de la brume
D’ici la fin du siècle naîtra le nouveau CHUM!
Dans le grand firmament de mes révélations
Pour ceux nés sous le signe de la construction…

POUR LA SUITE :

CLIQUER ICI POUR ENTENDRE L’ENREGISTREMENT A L’ÉMISSION

ET RENDEZ-VOUS À 30 min 55 s DE L’ENREGISTREMENT…

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés

Les réunions de famille du temps des fêtes!

Je l’ai vu à la radio  1ère chaîne de Radio-Canada 25-12-2010 

Dans ce monde égoïste où chacun vit sa vie
Quoi de plus nourrissant que ces moments bénis
Où pour le temps des fêtes la dinde rassembleuse
Sacrifie son destin de fière glouglouteuse!
Ah tendre volatile autour de ton croupion
Divinement fourré d’une farce aux marrons,
Comme il fait bon revivre la douce tradition
Des partys de famille et du ketchup maison.
De patates pilées en betteraves marinées
De pâtés à la viande en cornichons sucrés
En ragout de boulettes ou de pattes de cochons
Sans compter tous les mets venus d’autres horizons,
Les papilles familiales vibrent à l’unisson
Épongeant par avance… les excès de boisson…

POUR LA SUITE :

CLIQUER ICI POUR ENTENDRE L’ENREGISTREMENT A L’ÉMISSION

ET RENDEZ-VOUS À LA 21ème MINUTE DE L’ENREGISTREMENT…

© 2010 -Sophie Hartung- tous droits réservés

Les vertus aphrodisiaques du pouvoir

Je l’ai vu à la radio  1ère chaîne de Radio-Canada 19-01-2008

A vous!
Sénateurs, députés, Ministres ou Présidents
Nos têtes «dépensantes» portées au firmament!
Vêtu du mot Pouvoir… telle une braguette magique
Le moindre des nabots devient charismatique
Le moumoune bedonnant devient dur et viril
Le dernier des épais affiche un air subtil
La face de wawaron dévoile un vrai Dom Juan
Et le vieillard croulant retrouve ses 20 ans!
Parées de telles vertus, messieurs les dirigeants
Vous êtes à tous les coups la crème des amants…

POUR LA SUITE :

CLIQUER ICI POUR ENTENDRE L’ENREGISTREMENT A L’ÉMISSION

© 2008 -Sophie Hartung- tous droits réservés 

Le pouvoir des mots…

Aussi loin que remonte ma mémoire, j’ai toujours aimé les mots…Tous les mots… Les petits, les longs, les majestueux comme les disgracieux… Ceux dont on mélange le sexe, sans compter ceux qui possèdent les deux! Les mots qui ne déclinent pas d’emblée leur identité, les triviaux, les doux, les gutturaux, les élitistes ou les mots avec ou sans chapeaux… Et chaque fois que je rencontre un mot nouveau, je me sens plus riche d’un trésor dont personne ne peut me déposséder. Car c’est une richesse que de pouvoir choisir dans la garde robe de son vocabulaire, les mots qui permettent d’habiller une pensée, une idée ou une émotion. Mais ce serait mentir de dire que ma passion pour les mots était innée. Si j’ai pu la développer, c’est que dès mon enfance, j’ai eu le privilège d’être entourée de personnes qui ont éveillé ma curiosité. Éveiller la curiosité, voilà bien le défi qui m’attendait en cette après-midi imprévue de janvier, passée auprès d’une fillette de 8 ans. Une petite terreur au caractère bien trempé, aux dires de sa mère, qui lorsqu’elle me la déposa, en coup de vent, me tendit une pile de DVD, m’invitant à l’installer devant la télé afin qu’elle ne me dérange pas. Mais mon lecteur DVD avait rendu l’âme la veille. Je proposais donc à la fillette de faire quelques dessins, le temps pour moi de boucler un texte, avant que de jouer avec elle. Stupéfaite que je ne possède pas de console de jeux vidéo, dans un geste de dépit, elle prit les crayons de couleur que je lui tendis et en maugréant s’installa pour dessiner. Assise à mon ordinateur, je l’entendais soupirer avec insistance… Au bout de 15 minutes, n’y tenant plus, elle se leva et me demanda quand elle pourrait avoir accès à l’ordinateur, seul jeu digne d’intérêt à ses yeux, au cœur de cette après-midi, qu’elle envisageait comme un supplice… Puis soudain elle dit : c’est quoi tous ces gros livres sur ton bureau, c’est quoi en fait ton travail ?… Mon travail : c’est de jouer avec les mots… Je vis alors dans son regard s’allumer une lueur dont je me saisis immédiatement… Ah! On pouvait jouer avec des mots?… Mais comment? Je lui offris alors d’ouvrir à la page de son choix un des gros livres qui l’intriguait et de lire à haute voix le premier mot qu’elle y trouverait… Es- per-lu-ette… Elle répéta le mot en riant et me dit : C’est quoi ça esperluette? A ton avis ? Elle leva les yeux au ciel comme pour mieux réfléchir puis me lança : ça doit être genre un animal bizarre qui ressemble à une chouette sans plumes, avec une langue de serpent!… C’est ainsi que durant toute l’après-midi, nous jouâmes avec les mots, leur inventant une histoire… Nous réécrivîmes le dictionnaire, boîte à surprises! Et parfois au hasard des mots, elle en choisissait un qui lui plaisait plus que les autres et décidait de l’ajouter fièrement à son vocabulaire, bonne définition à la clef… Et le soir quand elle repartit la main dans celle de sa mère, je l’entendis lui dire : Tu sais maman, en rentrant à la maison je vais t’apprendre un super jeu!
N’est-ce pas ce qu’on appelle le pouvoir des mots?…

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés 

Question de foi

Lien audio : Billet du 3 février 2010

La foi est un sujet complexe et surtout très personnel et si mes interrogations sur la question divine me taraudent depuis le jour de ma première communion, j’estime ne pas avoir les compétences pour un débat de haute voltige théologique… Néanmoins, permettez-moi une réflexion, liée à une brève relayée par l’AFP, et qui en toute honnêteté, m’aurait fait avaler mon hostie de travers, si toutefois, je fréquentais encore les messes dominicales…
Peu après l’Épiphanie, un prêtre d’une église de la City de Londres, forteresse financière, s’il en est, a offert à ses ouailles versées dans le boursicotage, un office d’un genre un peu particulier… Sur l’autel entre la croix et le calice, une bonne âme avait savamment disposé des ordinateurs portables et des cellulaires, afin que le prêtre puisse… les bénir… Devant une assistance de golden boy indéniablement branchés et n’ayant foi que dans leurs cellulaires brandis vers les cieux… il a prononcé ces saintes paroles : «Que ces téléphones portables et ces ordinateurs, symboles de la technologie et de la communication dans nos vies de tous les jours, nous rappellent que Tu es un Dieu qui communique. Que nos langues soient gentilles, que nos courriels soient simples et nos sites Web accessibles.» Amen!
Afin de justifier la chose le bon prêtre dit avoir seulement remis au goût du jour une très ancienne tradition qui voulait que soient bénis les outils de travail des paysans… Après la charrue, la faux et la serpette, Seigneur, bénissez donc ces Mac, Blackberry et autres i-phones…
Objets inanimés avez-vous donc une âme se demandait la plume du poète… Yes my dear de lui répondre le curé, par texto interposé, sur son clavier fraîchement béni!
Si l’anecdote peut prêter à sourire, je la trouve terriblement pernicieuse… Car une fois de plus, Dieu a l’échine bien large… Qu’un homme d’Église cherche à ramener ses fidèles au bercail, normal c’est son job! Qu’il soit peut-être un boursicoteur en ligne du dimanche, passe encore, il s’en confessera à son patron! Mais qu’il joue du goupillon au nom d’un Dieu communicateur au cœur d’un temple de la finance, pour attirer les faveurs célestes sur ses paroissiens spéculateurs espérant la hausse de leurs actions dans un lieu dit sacré, m’apparaît comme un épouvantable détournement de valeur! Un détournement de foi! Que cette intelligence artificielle et ses outils nous rendent mille et un services, j’en suis la première convaincue… Mais bien que mes cours de catéchisme soient loin… je trouve dans cette cérémonie… un vague relent de l’histoire du Veau d’Or… Cette forme de glorification divine de la technologie est à mes yeux un signe extérieur de détresse bien plus que de richesse… et surtout n’a rien à voir avec la foi… C’est même une insulte au regard de ceux et celles qui la portent sincèrement en eux…
Peut-être que cette brève ne m’aurait pas valu une ligne, n’aurait pas fait rougir ma plume d’indignation, si je n’avais vu ces images d’un jeune homme que l’on a sorti des décombres 11 jours, après le tremblement de Terre en Haïti et qui dans un extraordinaire élan de vie a exprimé en souriant que jamais il n’avait perdu espoir… jamais il n’avait perdu… la foi! A bon entendeur Salut!

© Tous droits réservés Sophie Hartung – Février 2010-

Les bonnes résolutions…

Lien audio : Billet du 6 janvier 2010

Alors que le 21ème siècle vient de fêter ses 10 ans, il poursuit son inexorable croissance, avide de toujours plus d’évolution technologique qui transforme pour le meilleur comme pour le pire nos modes de vie, reléguant à l’état de souvenir certaines de nos traditions… Comme la bonne vieille carte de vœux sur papier glacée que je recevais via le facteur et que mon enfance ouvrait goulument, espérant trouver en son centre un petit billet de banque que ma mère-grand y avait glissé, accompagné de ses mots tendrement calligraphiés… Mais d’année en année ma boîte aux lettres ressemble de moins en moins à une boîte aux trésors et les cartes de vœux voyagent désormais sur l’autoroute du Net, sonores et animées!… Ce n’est ni mieux ni moins bien, c’est différent! Mais je constate à quel point les avancées de tous ordre secouent de plus en plus ma mémoire affective et me font mesurer combien le temps passe… Eh oui, je ne renie pas une certaine nostalgie quand elle n’est que passagère et s’attarde juste le temps d’un soupir…
Et en parlant de soupir… j’avoue en avoir poussé un gros, lorsque parmi les cartes de vœux virtuelles reçues, j’avisais celle d’une amie qui m’invitait à commencer l’année en beauté. Elle m’offrait de faire comme elle… A savoir cliquer sur le lien truc much bidule bonnes résolutions point quelque chose et afficher en ligne aux yeux de la planète entière la liste de mes bonnes résolutions pour 2010 afin de m’engager de mois en mois à les tenir sous peine de pénalités douteuses! Vous allez me dire : en voilà une, tradition qui perdure : les fameuses bonnes résolutions de début d’année! Celles que l’on fait en famille ou entre amis grisé par les bulles de champagne ou encore l’air hagard, le 1er janvier, avec pour seuls témoins une bouteille d’eau gazeuse et deux aspirines! Si j’ai une certaine tendresse pour ces résolutions prises dans l’intimité euphorique d’une année toute neuve à conquérir, car elles témoignent à la fois de mon désir sincère de me bonifier tout en me rappelant ma délicieuse imperfection humaine, puisque je n’en tiendrais aucune, je ne vois pas l’intérêt d’en étaler l’inventaire sur la toile! Alors si un certain nombre de mes contemporains éprouvent le besoin d’y répandre leurs projets d’amaigrissement, de se mettre au bikram yoga, de mieux s’occuper de Tante Ginette, d’apprendre le macramé ou le mandarin, pour se rassurer…tout en espérant l’échec du voisin… pour minimiser le leur… Je refuse que ce soit à mes dépens! Non! Je ne contribuerais pas à l’engraissement de la montagne d’inconsistance qui sévit sur le web!
En revanche, je trouverais ludique et très audacieux de la part de nos élus de tout poil, qui pratiquent l’art de la résolution politique à tout bout de champ… d’afficher sur le site de leurs partis respectifs au côté de leurs vœux annuels, la liste de leurs bonnes résolutions concernant leur mandat et de se voir infliger quelques gages, du type port d’un bonnet d’âne ou d’un nez de clown pour chaque engagement non tenu! Un peu d’humour dans tous les parlements de ce monde… voilà une résolution qui serait bonne! Après tout l’année est jeune et tous les espoirs sont permis! N’est-il pas? Bonne année!

© Tous droits réservés Sophie Hartung – Janvier 2010-

Gratitude…

Lien audio : Billet du 8 décembre 2009

Au terme d’une année, il est souvent de mise de s’adonner à la pratique du bilan…
Et a priori, l’exercice doit mener à une sorte d’équilibre… Mais sincèrement, le bilan de santé de mon état d’esprit face à cette année qui touche à sa fin est plutôt déficitaire côté positivisme… Entre le H1N1 mutant super star, la récession qui « récessionne », les bouleversements climatiques, le milliard d’être humain qui ne mange pas à sa faim face à l’autre milliard aux artères saturés de gras-trans, les conflits armés et son cortège de morts… Non franchement… le bilan de l’année 2009 m’éloigne de tout sentiment de réjouissance… Je pousserais même le bouchon de ma négativité jusqu’à n’entrevoir dans les fêtes de fin d’année à venir qu’une débauche de quête de superflu, anti-écologique, consumériste et hypocrite à souhait… et par les temps qui courent, je trouve Papa Noel un tantinet irresponsable d’oser sortir son costume des boules à mites… tout en m’étonnant qu’à l’heure du Mangez-sain-faites-du-sport, aucun crétin n’ait encore mis le gros homme en rouge et sa hotte au régime! Bref, sans doute poussée par une douleur persistante aux cervicales et la somme de mes contrariétés du moment, impossible pour moi de voir en cette fin d’année, autre chose que le côté obscur de ce monde, dont Hollywood nous annonce la fin très proche à renfort de films catastrophes qui font exploser le box-office de la bêtise humaine à propos de laquelle Albert Einstein disait : que comme l’univers elle était infinie…
Bêtise humaine… dont bien entendu, dans tout ce marasme je m’excluais… quand en fait j’y baignais jusqu’au cou! Un événement en apparence anodin m’a permis d’en faire l’amer mais salvateur constat! Alors que je rentrais chez moi, pour achever ce billet complaisamment sinistre, une jeune femme en fauteuil roulant sentant mon impatience, m’a cédé le passage sur le trottoir me gratifiant du même coup d’un large sourire… Accrochée à mon humeur de pisse-vinaigre, je l’ai à peine remercié et me suis gardée de lui rendre la pareille… J’entendis alors dans mon dos un : Bonne soirée ! lancé sans jugement et d’une sincérité désarmante… Après avoir pris d’assaut mes escaliers et envoyer valser mon chat qui accueillait trop démonstrativement mon humeur de chien enragé… je fus envahie par un sentiment de honte… Peut-être parce qu’il est plus tendance d’exprimer sa colère, que sa joie, j’avais mis de côté la beauté de la vie pour ne me vautrer que dans la laideur du monde… et je jouais son jeu! Oubliant à quel point je fais partie des privilégiés de cette planète! Amour, famille, amis, travail, toit sur la tête, santé, pain sur la table, j’ai tout cela et même bien plus… Alors que vaut mon esprit critique, quel est le poids de ma conscience soi-disant éclairée, si tout en étant indignée par les injustices et les douleurs de ce monde, je n’ai pas la décence de reconnaître et manifester ma bonne fortune. N’avais-je pas épinglé sur mon babillard : Manifester son bonheur est un devoir, être ouvertement heureux donne aux autres la preuve que le bonheur est possible. Albert Jacquard et un sourire venaient de me rappeler que sur le tableau noir de mon bilan annuel j’avais tout simplement oublié d’écrire le mot gratitude…

© Tous droits réservés Sophie Hartung – Novembre 2009-

La gentillesse

Lien audio : Billet du 10 novembre 2009

Difficile d’ignorer que chaque mois de notre calendrier possède son comptant de journées mondiales décrétées par des organismes, des associations ou encore des groupes de pression de tout poil… En toute honnêteté, le principe de ces journées officielles du tricot, du fromage ou encore de l’hygiène bucco-dentaire attise, c’est selon… mon irritabilité ou mon indifférence. Mais en ce mois de novembre, propice à la grisaille, l’une d’entre elle m’a particulièrement interpellée… A savoir : La journée mondiale de la gentillesse… Je pourrais vous dire que si elle a retenu mon attention, c’est à cause du fait que cette année, cette journée de la gentillesse tombe un vendredi 13! Et donc rajouter avec une pointe de sarcasme : que tous ceux qui ne seront pas gentils avec leurs congénères ce jour-là… risquent de s’attirer le mauvais œil… Que superstition et gentillesse s’acoquinent ensemble le même jour… Quelle amusante ironie du sort! Ironie… le mot est lancé! Car je dois bien avouer, que c’est le premier sentiment que m’inspira le thème de cette ixième journée mondiale! Mais peut-être à cause d’un relent de valeur judéo-chrétienne, de la gentille fille qui sommeille en moi ou de la femme qui se targue de voir plus loin que le bout de son nez… j’ai ressenti le besoin de pousser la réflexion au-delà d’une vile moquerie primaire!
Pourquoi le mot gentillesse qui à l’origine était synonyme de noblesse inspire souvent davantage de persiflage que d’enthousiasme? Peut-on nier que de nos jours, la gentillesse, au même titre que les dessous de nos grand-mères, a quelque chose de terriblement démodé et qu’on lui préfère de beaucoup le cynisme, drapé d’arrogance et d’insolence qui passe pour de l’intelligence?
Sommes-nous les acteurs ou les victimes de cette dérive qui consiste à considérer suspect le moindre petit acte de gentillesse, persuadés que cela cache des intentions douteuses… Il faut dire qu’à voir ou entendre ce qui s’affiche dans nos journaux, sur nos écrans plasma ou pire sur Internet… Force est de constater que la gentillesse, n’a pas beaucoup d’alliés officiels et n’est pas un sujet des plus vendeurs …
Sans compter que lorsqu’elle n’est pas considérée comme complaisante, elle passe pour de la faiblesse voire de la bêtise! Le doux euphémisme : C’est une gentille fille ou il est bien gentil… en dit long sur ce que nous pensons de la gentillesse… Alors est-ce à dire que pour éviter de passer pour un con, il vaut mieux cuisiner sa vie, à base de vacherie et d’animosité… plutôt qu’avec de la bienveillance et de la bonté…
Au fond, je me demande si la peur d’oser la gentillesse, tout au moins en public, n’est pas devenue une sorte de virus pire que le H1 N1, mais dont on parle beaucoup moins! On l’inocule donc à petites doses et sous le manteau…
Et pourtant… La gentillesse, d’après certains scientifiques, vaudrait bien des antidépresseurs et je ne parle pas d’un fac-similé de gentillesse, sirupeux, travesti et dégoulinant de faux vrais bons sentiments mais de cet acte gratuit qui n’attend rien en retour comme dirait ce bon Confucius. Mais comme aujourd’hui la confusion est plutôt de mise… et que tout se doit de rapporter, je crains que le pire ennemi de la gentillesse ne soit la gentillesse elle-même… tout simplement à cause de sa gratuité!

© Tous droits réservés Sophie Hartung – Octobre 2009-