La gentillesse

Lien audio : Billet du 10 novembre 2009

Difficile d’ignorer que chaque mois de notre calendrier possède son comptant de journées mondiales décrétées par des organismes, des associations ou encore des groupes de pression de tout poil… En toute honnêteté, le principe de ces journées officielles du tricot, du fromage ou encore de l’hygiène bucco-dentaire attise, c’est selon… mon irritabilité ou mon indifférence. Mais en ce mois de novembre, propice à la grisaille, l’une d’entre elle m’a particulièrement interpellée… A savoir : La journée mondiale de la gentillesse… Je pourrais vous dire que si elle a retenu mon attention, c’est à cause du fait que cette année, cette journée de la gentillesse tombe un vendredi 13! Et donc rajouter avec une pointe de sarcasme : que tous ceux qui ne seront pas gentils avec leurs congénères ce jour-là… risquent de s’attirer le mauvais œil… Que superstition et gentillesse s’acoquinent ensemble le même jour… Quelle amusante ironie du sort! Ironie… le mot est lancé! Car je dois bien avouer, que c’est le premier sentiment que m’inspira le thème de cette ixième journée mondiale! Mais peut-être à cause d’un relent de valeur judéo-chrétienne, de la gentille fille qui sommeille en moi ou de la femme qui se targue de voir plus loin que le bout de son nez… j’ai ressenti le besoin de pousser la réflexion au-delà d’une vile moquerie primaire!
Pourquoi le mot gentillesse qui à l’origine était synonyme de noblesse inspire souvent davantage de persiflage que d’enthousiasme? Peut-on nier que de nos jours, la gentillesse, au même titre que les dessous de nos grand-mères, a quelque chose de terriblement démodé et qu’on lui préfère de beaucoup le cynisme, drapé d’arrogance et d’insolence qui passe pour de l’intelligence?
Sommes-nous les acteurs ou les victimes de cette dérive qui consiste à considérer suspect le moindre petit acte de gentillesse, persuadés que cela cache des intentions douteuses… Il faut dire qu’à voir ou entendre ce qui s’affiche dans nos journaux, sur nos écrans plasma ou pire sur Internet… Force est de constater que la gentillesse, n’a pas beaucoup d’alliés officiels et n’est pas un sujet des plus vendeurs …
Sans compter que lorsqu’elle n’est pas considérée comme complaisante, elle passe pour de la faiblesse voire de la bêtise! Le doux euphémisme : C’est une gentille fille ou il est bien gentil… en dit long sur ce que nous pensons de la gentillesse… Alors est-ce à dire que pour éviter de passer pour un con, il vaut mieux cuisiner sa vie, à base de vacherie et d’animosité… plutôt qu’avec de la bienveillance et de la bonté…
Au fond, je me demande si la peur d’oser la gentillesse, tout au moins en public, n’est pas devenue une sorte de virus pire que le H1 N1, mais dont on parle beaucoup moins! On l’inocule donc à petites doses et sous le manteau…
Et pourtant… La gentillesse, d’après certains scientifiques, vaudrait bien des antidépresseurs et je ne parle pas d’un fac-similé de gentillesse, sirupeux, travesti et dégoulinant de faux vrais bons sentiments mais de cet acte gratuit qui n’attend rien en retour comme dirait ce bon Confucius. Mais comme aujourd’hui la confusion est plutôt de mise… et que tout se doit de rapporter, je crains que le pire ennemi de la gentillesse ne soit la gentillesse elle-même… tout simplement à cause de sa gratuité!

© Tous droits réservés Sophie Hartung – Octobre 2009-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *