Sophie au salon de l’auto…

Je l’ai vu à la radio  1ère chaîne de Radio-Canada 22-01-2011

Mon cher Franco, je peux bien vous l’avouer
Depuis ces derniers temps, j’étais très perturbée…
Un doute existentiel torturait mon cortex
Duquel a émergé cette question fort complexe :
Si j’avais un char… ça changerait-il ma vie?…
Comme j’y pensais le jour, n’en dormais plus la nuit
Pour ne pas déraper… j’en parlais à mon psy!
120 dollars plus tard il me dit l’air sévère :
Virez votre capot d’ bord, allumez vos lumières,
Courrez sans plus attendre au Salon de l’Auto …
C’est d’ailleurs excellent pour votre libido!
Ne laissez pas qu’aux hommes ce délicieux bonheur
D’allez tâter du cuir et de l’enjoliveur…

POUR LA SUITE :

CLIQUER ICI POUR ENTENDRE L’ENREGISTREMENT A L’ÉMISSION

ET RENDEZ-VOUS À 26 min 42 s DE L’ENREGISTREMENT

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés

A quoi rimera 2011?

Je l’ai vu à la radio  1ère chaîne de Radio-Canada 08-01-2011

Une décennie s’achève, une autre nous tend les bras
Oui, deux mille dix n’est plus, mais deux mille onze est là!
Telle une Jojo Savard, dans les astres j’ai lu
Que cette nouvelle année serait un très grand cru…
Grâce à la Position Positive des Planètes
Appelé PPP par nombre de gazettes,
Et parfois décrié par quelques trouble-fête
En matière de santé, nous sortons de la brume
D’ici la fin du siècle naîtra le nouveau CHUM!
Dans le grand firmament de mes révélations
Pour ceux nés sous le signe de la construction…

POUR LA SUITE :

CLIQUER ICI POUR ENTENDRE L’ENREGISTREMENT A L’ÉMISSION

ET RENDEZ-VOUS À 30 min 55 s DE L’ENREGISTREMENT…

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés

Les réunions de famille du temps des fêtes!

Je l’ai vu à la radio  1ère chaîne de Radio-Canada 25-12-2010 

Dans ce monde égoïste où chacun vit sa vie
Quoi de plus nourrissant que ces moments bénis
Où pour le temps des fêtes la dinde rassembleuse
Sacrifie son destin de fière glouglouteuse!
Ah tendre volatile autour de ton croupion
Divinement fourré d’une farce aux marrons,
Comme il fait bon revivre la douce tradition
Des partys de famille et du ketchup maison.
De patates pilées en betteraves marinées
De pâtés à la viande en cornichons sucrés
En ragout de boulettes ou de pattes de cochons
Sans compter tous les mets venus d’autres horizons,
Les papilles familiales vibrent à l’unisson
Épongeant par avance… les excès de boisson…

POUR LA SUITE :

CLIQUER ICI POUR ENTENDRE L’ENREGISTREMENT A L’ÉMISSION

ET RENDEZ-VOUS À LA 21ème MINUTE DE L’ENREGISTREMENT…

© 2010 -Sophie Hartung- tous droits réservés

Les vertus aphrodisiaques du pouvoir

Je l’ai vu à la radio  1ère chaîne de Radio-Canada 19-01-2008

A vous!
Sénateurs, députés, Ministres ou Présidents
Nos têtes «dépensantes» portées au firmament!
Vêtu du mot Pouvoir… telle une braguette magique
Le moindre des nabots devient charismatique
Le moumoune bedonnant devient dur et viril
Le dernier des épais affiche un air subtil
La face de wawaron dévoile un vrai Dom Juan
Et le vieillard croulant retrouve ses 20 ans!
Parées de telles vertus, messieurs les dirigeants
Vous êtes à tous les coups la crème des amants…

POUR LA SUITE :

CLIQUER ICI POUR ENTENDRE L’ENREGISTREMENT A L’ÉMISSION

© 2008 -Sophie Hartung- tous droits réservés 

Le pouvoir des mots…

Aussi loin que remonte ma mémoire, j’ai toujours aimé les mots…Tous les mots… Les petits, les longs, les majestueux comme les disgracieux… Ceux dont on mélange le sexe, sans compter ceux qui possèdent les deux! Les mots qui ne déclinent pas d’emblée leur identité, les triviaux, les doux, les gutturaux, les élitistes ou les mots avec ou sans chapeaux… Et chaque fois que je rencontre un mot nouveau, je me sens plus riche d’un trésor dont personne ne peut me déposséder. Car c’est une richesse que de pouvoir choisir dans la garde robe de son vocabulaire, les mots qui permettent d’habiller une pensée, une idée ou une émotion. Mais ce serait mentir de dire que ma passion pour les mots était innée. Si j’ai pu la développer, c’est que dès mon enfance, j’ai eu le privilège d’être entourée de personnes qui ont éveillé ma curiosité. Éveiller la curiosité, voilà bien le défi qui m’attendait en cette après-midi imprévue de janvier, passée auprès d’une fillette de 8 ans. Une petite terreur au caractère bien trempé, aux dires de sa mère, qui lorsqu’elle me la déposa, en coup de vent, me tendit une pile de DVD, m’invitant à l’installer devant la télé afin qu’elle ne me dérange pas. Mais mon lecteur DVD avait rendu l’âme la veille. Je proposais donc à la fillette de faire quelques dessins, le temps pour moi de boucler un texte, avant que de jouer avec elle. Stupéfaite que je ne possède pas de console de jeux vidéo, dans un geste de dépit, elle prit les crayons de couleur que je lui tendis et en maugréant s’installa pour dessiner. Assise à mon ordinateur, je l’entendais soupirer avec insistance… Au bout de 15 minutes, n’y tenant plus, elle se leva et me demanda quand elle pourrait avoir accès à l’ordinateur, seul jeu digne d’intérêt à ses yeux, au cœur de cette après-midi, qu’elle envisageait comme un supplice… Puis soudain elle dit : c’est quoi tous ces gros livres sur ton bureau, c’est quoi en fait ton travail ?… Mon travail : c’est de jouer avec les mots… Je vis alors dans son regard s’allumer une lueur dont je me saisis immédiatement… Ah! On pouvait jouer avec des mots?… Mais comment? Je lui offris alors d’ouvrir à la page de son choix un des gros livres qui l’intriguait et de lire à haute voix le premier mot qu’elle y trouverait… Es- per-lu-ette… Elle répéta le mot en riant et me dit : C’est quoi ça esperluette? A ton avis ? Elle leva les yeux au ciel comme pour mieux réfléchir puis me lança : ça doit être genre un animal bizarre qui ressemble à une chouette sans plumes, avec une langue de serpent!… C’est ainsi que durant toute l’après-midi, nous jouâmes avec les mots, leur inventant une histoire… Nous réécrivîmes le dictionnaire, boîte à surprises! Et parfois au hasard des mots, elle en choisissait un qui lui plaisait plus que les autres et décidait de l’ajouter fièrement à son vocabulaire, bonne définition à la clef… Et le soir quand elle repartit la main dans celle de sa mère, je l’entendis lui dire : Tu sais maman, en rentrant à la maison je vais t’apprendre un super jeu!
N’est-ce pas ce qu’on appelle le pouvoir des mots?…

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés