Couvrez ce crucifix…

« Couvrez ce crucifix que je ne saurais voir!
Par de pareils objets, les âmes sont blessées
Et cela fait venir de coupables pensées… »
Si j’emprunte à Molière, ces admirables vers
Tirés de son Tartuffe, ô combien légendaire,
C’est que tout son génie  m’offre ici l’occasion
De dire à nos élus … Voilà la solution!
Solution qui plus est, sans bourse déliée,
Qui pour le contribuable n’est pas à négliger…
Car personne n’a pensé, que bien que retiré,
Au vu de sa présence depuis toutes ces années,
Le mur allait garder, des stigmates bien tracés…
Imaginez le coût pour tout retapisser!
Si sur ce crucifix, il faut mettre une croix,
Car dans le Salon bleu, il provoque trop d’émois,
Couvrons-le d’une écharpe, d’un drap ou d’un foulard.
Notre première Ministre a bien dans ses tiroirs,
Quelqu’élégant tissu qui pourra faire l’affaire,
Et calmer les esprits de façon temporaire.
On pourrait par la suite faire voter une motion,
Pour que gouvernement ainsi qu’opposition
Tricotent de concert un cache-crucifix
Qui rallierait peut-être… les différents partis?!
Ministres et députés, enfin accommodés,
Vers d’autres contentieux pourraient donc se tourner!
Au cœur de ce débat qui brasse tant d’émotions,
Un brin d’humour ne peut pas nuire à la question!
© Sophie Hartung Tous droits réservés -janvier 2014-

Voter ou ne pas voter?

Citoyenne depuis peu, vais-je donc aller voter ?
Ferais-je preuve de civisme avec célérité
Ou resterais-je chez moi, doigts de pied en éventail
En me disant qu’au fond, voter est un détail?…
Que ma voix dans une urne ne changera pas grand-chose
Car ce qui nous attend n’est pas la vie en rose ?…
Quelle est la vraie portée de mon bulletin de vote
Après moult promesses être prise pour une sotte ?
Ou croire très sincèrement qu’il a son importance
Et que tout ce battage a réellement un sens ?
Voter pour! Voter contre! Ou voter stratégique ?…
Mais voter nom de Zeus…car c’est démocratique!
Sublime «démoncratie» au parfum d’illusion
Qui refuse le vote blanc et méprise l’abstention…
Mais rend si légitime les critiques du votant
Qui le scrutin passé bien souvent redescend,
Et découvre étonné que l’élu de son cœur
De toutes ses attentes n’est pas à la hauteur…
Boussole électorale, tu m’offres des données
Et pourtant honnêtement, je suis déboussolée…
Voter ou ne pas voter… telle était la question…
Vais-je faire une croix dessus sans aucune dérision ?
J’ai jusqu’au 4 septembre pour prendre ma décision!

© Sophie Hartung Tous droits réservés -septembre 2012-

Le touriste… ce drôle d’animal!

C’est Sans Préliminaires, mais en alexandrins,
Que je viens vous parler, non pas des maringouins
Mais d’une drôle de bibitte à l’allure singulière
Dont l’invasion n’épargne que très peu de frontières…
A la belle saison, armé de prospectus
En avion, en vélo, en train, en autobus,
Pour voir du monument ou se dorer l’ plexus
Le visitus vulgum pecus estivalus…
Prend d’assaut avidement les quatre coins du monde
Tel l’orignal en rut sur une femelle féconde…
Il n’a qu’une obsession de Rome à Saskatoon
Se faire photographier en short et en gougounes!
Mais celui qu’on appelle communément touriste
Est-il à redouter comme l’est le gaz de schiste?
Ou doit-on l’appâter à grand coup de millions
Avec des figurines mi-morse mi-morpion
Qui vantent de Montréal toutes ses activités
Dont son très réputé festival des chantiers ?…

POUR ENTENDRE LA SUITE CLIQUEZ ICI ET RENDEZ-VOUS À 49 min 45s DE L’ENREGISTREMENT DE SANS PRÉLIMINAIRES

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés

Comme disait ma grand-mère… Hommage à Boucar Diouf!

A l’occasion de l’anniversaire de Boucar Diouf en mai dernier, voici un extrait du texte en alexandrins que je lui ai composé, enregistré à l’émission des Kiwis et des Hommes le 27 mai 2011…

Avant que de quitter ma jungle parisienne
Et que du grand Québec, je respire l’oxygène
Sous l’arbre Tour Eiffel ma grand-mère me disait :
Pour faire une bonne recette si tu n’as qu’un navet
Ce sera plutôt fade et sans beaucoup d’attrait…
Plus on a d’ingrédients plus on peut cuisiner…
C’est la d’Hiver Cité qui fait l’Africassé-e!
Mais un excellent chef doit savoir faire le Tri
Et choisir avec soin les saveurs qu’il marie…
Tout mélange est un art comme choisir ses amis…
Mais surtout mon enfant n’oublie jamais ceci :
Pour te réconforter : mieux qu’un steak d’orignal
Apprends à déguster une palourde royale!
C’est divinement léger et il n’y a pas d’heure
Pour se faire des kiwis vasodilatateurs!
Car qui te prend par le rire à gorge déployée
Et te donne du plaisir… sans flatter ton point G,
Te guérira de tout, tels les plus grands sorciers!
Qui te fait réfléchir sans se prendre au sérieux
Mérite plus d’attention que nombre de faux-dieux!
Qui pétrit ses paroles, d’humour et de sagesse
Et sait toucher ton cœur… sans effleurer tes fesses…
Est plus digne de confiance qu’un prêcheur à la messe!…

POUR LA SUITE… CLIQUER ICI, VOUS POURREZ VOIR ET ENTENDRE L’INTÉGRALITÉ DU TEXTE POUR BOUCAR À L’ÉMISSION DES KIWIS ET DES HOMMES.

(Allez au 7ème segment de l’émission)

Ode aux nids de poule!

A l’occasion de Pâques, une ode, j’ai composée
Pour toi le mal aimé de nos réseaux routiers…
Tel Jésus mis en croix sous les cris de la foule
C’est sur toi désormais qu’on crie : Mort aux nids d’poule!
Toi, le plus beau symbole de notre urbanité
À qui l’on jette la pierre, je veux te glorifier!
Tu nous rappelles si bien à chaque coin de rue
La grande compétence de nos précieux élus
Qui mettent tous NOS œufs dans leurs petits paniers
Et la bouche en cul d’poule, viennent nous déclarer :
Que nous sommes les mécènes d’un patrimoine unique,
Et que ces trous, ces fentes, ces cratères oniriques
Qui donnent à nos routes cette touche artistique
Sont sans le moindre doute, d’utilité publique!
Nid d’poule démocratique aux multiples vertus
Tu sèmes du bonheur à qui te passe dessus :
A la femme frigide tu donnes des sensations,
A l’impuissant notoire un semblant d’érection…
Tu réveilles le désir de ces couples trop vieux
Qui avec un peu d’chance, feront un tête à queue!…

POUR ENTENDRE LA SUITE CLIQUEZ ICI ET RENDEZ-VOUS À 18 min 26 s DE L’ÉMISSION

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés

Gros pied de nez!

La lourdeur du diktat qui gouverne nos formes
Condamnant vertement tout ce qui sort des normes,
J’ai repris à mon compte une tirade fort connue
Dont j’ai un tantinet modifié le contenu…
Il me faut pour ce faire, un homme qui se dévoue
Et accepte verbalement de m’asséner un coup :
En se faisant passer pour un mâle sans esprit
Qui trouvant que je prends bien trop de place ici
Me dirait d’un air bête:
Madame, vous êtes… heu… vous êtes, très…très grosse!
C’est tout? Ah ! Non ! C’est un peu maigre, jeune homme !
Vous auriez pu me dire bien des choses en somme.
En variant le ton, par exemple, tenez:
Agressif: Moi Madame, avec un tel surpoids
Je me ferais sur le champ retirer l’estomac!
Amical: Quel plaisir après un gros chagrin
De venir s’épancher sur vos énormes seins
Et entre vos mamelles s’alléger de sa peine…
Descriptif : C’est une truie ! C’est une vache, une baleine !
Que dis-je, une baleine ? C’est une Moby Dick
Curieux : Pratiquez-vous quelque sport olympique?…
Assurément Madame, avec ce gabarit
Vous feriez des miracles en haltérophilie!

CLIQUEZ ICI POUR ENTENDRE LA SUITE DU TEXTE À L’ÉMISSION ET RENDEZ-VOUS À 23 min 25 s

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés

Eve… la journée de la femme

A toi ma descendance, je voudrais m’adresser
Il est temps que sur Eve soit dite la vérité!
Je suis du féminin le premier archétype
Mais sur lequel, Seigneur!, furent contées bien des pipes…
On m’a fait sans scrupule passer pour une nounoune
Un oiseau sans cervelle aux allures de poupoune
Qui batifolait nue dans le jardin d’Eden
Soumise au bon plaisir d’un Adam en bedaine…
Mais dans ce paradis, Dieu que je m’ennuyais
Tout était bien trop lisse et faussement parfait!
Pas le moindre Elle Québec, aucune boutique Prada
Point d’adultère possible, ni chicanes, ni débats,
Personne sur qui bitcher, même Denise Bombardier
N’aurait rien pu trouver à pouvoir critiquer…
J’ai pris les choses en main et me suis donc dévouée!
Féministe avant l’heure, j’ai bravé l’interdit
Et de la connaissance, oui j’ai goûté le fruit….

CLIQUEZ ICI POUR ENTENDRE LA SUITE DU TEXTE À L’ÉMISSION ET RENDEZ-VOUS À 31 min 19 s

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés

Saint Valentin…

 Je voudrais rendre hommage à ce saint si dévoué
Qui vient nous rappeler le 14 février,
Des roses dans une main, dans l’autre des chocolats
Combien est essentielle… une carte Visa!
L’amour est dispendieux… ce saint sensuel le sait
Mais il ne conçoit pas l’amour sans intérêt!
Bien sûr, je ne parle pas du très Saint Frère André,
Mais de Saint Valentin… vous l’aurez deviné…
Oui ce Saint est aux anges quand il entend vibrer
La douce mélodie d’un NIP qu’on pianote
Pendant qu’une vendeuse emballe des p’tites culottes,
Du satin échancré, quelques porte-jarretelles
Un boxer en latex, un jackstrap en dentelle…

 POUR LA SUITE :

CLIQUEZ ICI POUR ENTENDRE LE TEXTE À L’ÉMISSION ET RENDEZ-VOUS À 23 MIN ET 42 S.

© 2011 -Sophie Hartung- tous droits réservés